One beer to rule them all

Le dans «Non catégorisé» par Eldeberen

Tee-shirt « One beer to rule them all » Un tee-shirt que j'avais acheté sur Qwertee1 il y a quelques années


Comme on dit, il y a une première fois à tout. En l'occurence dimanche dernier c'était le brassage. Petit retour sur un truc assez amusant et finalement assez simple.

Il y a en France quelques dizaines de milliers de brasseurs, donc environ un gros millier déclaré en tant que micro-brasserie2 (c'est à dire qui vendent leur production). La règlementation sur les alcools fermentés est très légère, contrairement à celle sur les alcools distillés. C'est essentiellement une question de santé publique, une distillation non-controlée pouvant produire du méthanol, qui est extrèmement toxique et peut causer une cécité voir la mort3.

Bref, il est très facile de trouver des kits pour brasser sa bière un peu partout, que ce soit en boutique spécialisée ou sur Internet. Et vu qu'on peut s'en servir sans risquer une descente de la brigade des stups dans son garage, c'est quand même plus sympa qu'un alembic qui ne servira que pour la décoration. ;)

Revennons à nos moutons, dimanche dernier. Mon oncle a récemment déménagé, et son matos a été entreposé chez mes parents quelques temps. Du coup il nous a proposé de brasser une vingtaine de litres. Voici quelques photos de la première étape.


On commence par nettoyer méticuleusement le matériel qui sera utilisé : bac, robinet, casserole, etc. Les levures qui font la fermentation sont de petis organismes vivants et sont très sensible aux vilaines bactéries et autres nuisibles.

Une fois que c'est fait, on fait réchauffer un peu le malt au bain marie. À faible température, c'est une sorte de mélasse beaucoup plus visqueuse que le miel. Aux alentours de 30°C, on peut commencer à le faire couler plus facilement.

Conserves de malt au bain marie

On mélange ensuite le malt à deux ou trois litres d'eau. Ça donne une soupe assez épaisse mais facile à mélanger. Pas besoin de chauffer ici, ce qui est important est que le mélange soit aux alentours de 20°C.

Le malt dans sa casserole

On prépare alors la cuve qui servira à la fermentation. On y met une dizaine de litres d'eau, puis on verse le malt dedans. Là encore on mélange jusqu'à ce que soit homogène.

La cuve à moitié pleine

Il ne reste plus qu'à remplir d'eau jusqu'au trait (ici 23L pour le malt qu'on a mis), et on peut passer à l'étalonnage de la densité.

Pour calculer le degré d'alcool de la bière une fois la fermentation effectuée, on mesure le différentiel de densité du liquide : plus il y a d'alcool, plus la densité est faible. En connaissant la différence entre la densité de départ et la densité d'arrivée, on peut retrouver le degré d'alcool.

Pour ce faire, on utilise cet appareil : plus il s'enfonce, plus le liquide est "léger". C'est dû à la poussée d'Archimède, qui dit que la force exercée sur un solide est égale au poids du liquide déplacé. À volume égal, un liquide plus dense exercera une force plus forte sur le densimètre, ce qui le fera remonter.

Densimètre

Reste à ajouter les levures, un petit sachet comme de la levure boulangère. On touille, on ferme, et on laisse entre 20 et 25°C pendant 3 semaines environ. Les levures vont faire leur boulot, et on contrôlera à la fin.


Y'aura un autre billet quand on passera à l'étape 2, d'ici là portez-vous bien. o/


  1. www.qwertee.com 

  2. Le Monde, 2019 (source

  3. Wikipédia, 2020 (source

Vous pouvez réagir à cet article sur le Fédivers, en citant @Darks@social.darks.fr :)